OLYMPUS DIGITAL CAMERA

MARRAKECH PART I

Pour mon anniversaire, le cadeau surprise n’avait pas de rubans, juste une enveloppe…avec…des billets d’avion pour aller à Marrakech !

Hormis les problèmes d’avoir les passeports à jour, car sinon on reste à Orly pour regarder les avions s’envoler, et cela n’a rien de très palpitant.

Donc, nous voilà parties avec royal air Maroc, et 3 heures plus tard, le dépaysement est assuré.

A l’aéroport, derrière un panneau au nom de l’hôtel « Dar Nanka » se présente Saïd, nous le réquisitionnerons par la suite comme notre chauffeur attitré.

Sur le trajet qui nous mène à notre havre de paix, on découvre des jardins arides, quelques palmiers oubliés, des oliviers, et des programmes immobiliers qui attendent des acquéreurs avec des grandes affiches promettant  des villas de rêves dans de grands jardins.

Sur la route, beaucoup de trafic, un flot de grosses voitures et beaucoup de mobylettes chargées au maximum, tout ce monde se faufile, se double, se croise et obéissant à je ne sais quel code de la route particulier, arrivent à avancer ensemble sans causer d’accidents !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Quand on arrive à Dar Nanka, une immense porte s’ouvre sur une  très belle maison d’hôtes. On ne peut être que séduit  par l’espace, le charme et la décoration des lieux.

On rentre, comme des privilégiés, dans les pages d’un magazine dédié aux beaux endroits chics et raffinés, et en même temps il y a ce je ne sais quoi de familier et rassurant, qui vous met  » à votre aise ».
Les canapés posés de ci, de là sont majestueux, on choisit celui qui regarde la piscine, un jus d’oranges douces nous est servi, on ferme les yeux, on est bien, plus envie de bouger.

Juste profiter de cet instant, se féliciter d’avoir fait le bon choix de ce bel endroit.
La chambre est incroyable, la grande suite réservée (60Mcarré) et sa belle terrasse mérite plein d’étoiles dans mon classement personnel.

Et que dire de la salle de bain, de marbre vêtue, de la baignoire jacuzzi, tout est luxe et volupté.
Partout des détails de charme, comme un violon posé dans une nasse d’osier, des malles anciennes qui servent de meubles d’appoints, un bureau Louis XVI pour trouver l’inspiration d’envoyer des cartes postales.
Ce soucis du détail, on le retrouve partout, les coloris grisés, lin, taupe et les accents de couleurs vives sont un ravissement pour le regard, les  lustres de cristal, les plateaux d’argent, les touches de céramiques complètent le tableau.
Le décor est posé, il reste a apprécier la gentillesse et la courtoisie que chacun nous prodigue, sans être toutefois ostentatoire et envahissant. Il y a plutôt  de la prévenance dans le service sans précipitation aucune … avec une pointe de nonchalance.
Du côté restauration, prendre absolument le temps du petit déjeuner servi autour d’une fontaine, pour déguster du fait maison avec beaucoup de tentations gourmandes. Le dimanche, on peut profiter de  bruncher avec les Français de Marrakech qui viennent se détendre dans un brouhaha festif.
L’avantage du Dar Nanka tient dans sa désignation de maison d’hôtes, on n’est pas un client d’un hôtel impersonnel, on se sent plutôt invité, et 24 h plus tard on se sent même un peu chez soi.
Le fait du quart d’heure de route pour se rendre dans la médina est plutôt un avantage, c’est le sentiment de partir à la découverte, et le soir, c’est le plaisir de rentrer « au calme ».
Maintenant, Marrakech ce n’est pas que la médina et ses dédales de souks , il y a tant à découvrir.

En deux jours, j’ai réussi à faire une ballade à cheval avec « La vie en rose », j’ai flâné dans les jardins de Majorelle, pris des jus d’orange sur les terrasses de la place Jemaa El Fna.

 

Sur cette photo ( ci dessous ), je porte un pantalon de la marque d’une amie CALLA et un top acheté sur REVOLVE ( meilleur shop du monde !!! ) de la marque TULAROSA.

Ainsi qu’un petit sac caché de la marque MY KILLIM SHOP.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je ne me suis pas attardée dans des faces à face avec les crotales et autres serpents. ( J’ai bien trop peur ! )

J’ai dîné italien à la Mamounia, dégusté des plats berbères ( merci Kenza ) dans un restaurant tenu par des Femmes « Al Fassia ».

Profité d’un hammam caché et enchanteur … j’ai circulé en touktouk, en calèche, en petit et grand taxi, il faudra que je revienne pour essayer le dromadaire !

Visité le fameux JARDIN MAJORELLE, qui est un jardin botanique touristique d’environ 300 espèces sur près d’1 hectare, mais c’est aussi un musée de la culture berbère.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Je porte une de mes jupes favorites de la marque SEA NEW YORK d’une collection du début de l’année. Et un top Zara.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Marrakech, du soleil, de la chaleur, du dépaysement assuré, et les Marocains ont le sens de l’accueil avec leur sourire et leur gentillesse qui nous donne l’ envie de revenir…

Une bien belle pause au Café des épices en plein cœur de la Medina.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je finirais par une citation de Tahar Ben Jelloun, un écrivain Marocain, il avait reçu le prix goncourt en 1987.

   » Au Maroc, le sens de la famille prime sur l’amitié. On défend d’abord sa tribu avant ses compagnons de toute. » 

A bientôt Marrakech…

 

Share

About Bonne Heure

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *